ORELIG entreprendre a-t-il un genre

Entreprendre a-t-il un genre ?

Entreprendre a-t-il un genre ? Parce que l’entrepreneuriat est un pilier constitutif de l’enseignement à l’ISG, la question mérite d’être posée. En effet, permettre à tous d’oser se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, c’est aussi s’intéresser aux biais qui entravent l’initiative. Mieux les comprendre afin de les contourner et de les combattre.

Najoua BOUFADEN : enseignante-chercheure en charge de l’entrepreneuriat à l’ISG

Najoua BOUFADEN, docteure en économie de l’innovation et enseignante-chercheure à l’ISG sur les sujets d’innovation, s’est intéressée très tôt à l’entrepreneuriat. Sous son impulsion, et dès l’année de sa création, l’ISG a rejoint PEPITE France (Pôle étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat). Ce dispositif offre un programme national de sensibilisation, de formation et d’accompagnement des étudiants-entrepreneurs à travers les 33 pépites dont PEPITE PON (*). Najoua a notamment dirigé l’entité PEPITE-Pon Startup pendant 2 ans, ce qui lui a permis de mieux cerner l’écosystème des créateurs d’entreprise, d’animer un réseau grandissant d’entrepreneurs et de parties prenantes, et aussi de concentrer son attention sur l’entrepreneuriat chez les étudiants. Elle a ainsi participé à l’élaboration du premier baromètre français de l’intention entrepreneuriale produit par l’APCE/AFE en 2016.

Cet intérêt pour la dynamique entrepreneuriale chez les jeunes l’a dans un premier temps conduit à s’interroger sur le rôle de la formation dans la conduite des projets entrepreneuriaux des étudiants. Cette réflexion a donné lieu à un article co-écrit avec Marcos Lima et Isabelle Laudier, « Perception de l’usabilité des outils d’innovation : le biais du genre dans l’utilisation du business model canvas », in Innovations, vol.57, Issue 3, 2018 : 59-84.

 

Aujourd’hui, Najoua continue à mener ses travaux pour sur le comportement et l’attitude entrepreneuriaux des jeunes et à évaluer l’impact du genre.

Membre fondateur d’ORELIG (l’Observatoire des représentations entrepreneuriales liées au genre), crée en mars 2021 sous l’égide du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de la FNEGE, elle montre avec les membres de l’observatoire, que des divergences persistent au niveau de la perception de l’entrepreneuriat des femmes.

 

ORELIG : l’observatoire de recherche consacré à l’entrepreneuriat

Regroupant des enseignants-chercheurs de disciplines et d’entités différentes, ORELIG s’est donné pour mission d’étudier l’entrepreneuriat et de collecter des données permettant d’établir un observatoire des profils entrepreneuriaux. L’objectif est de produire des articles de recherche académique et d’observer les phénomènes émergents. Mieux comprendre les évolutions et les mentalités pour mieux les mesurer, la recherche colle ainsi au plus près de l’entrepreneuriat. Le premier article scientifique d’ORELIG s’est intéressé à l’entrepreneuriat des jeunes filles.

 

Enquête ORELIG : les étudiantes-entrepreneures, un sujet d’étude abordé pour la première fois

L’enquête menée en février 2021 auprès de 245 jeunes étudiantes-entrepreneures a révélé une approche et une vision de l’entrepreneuriat très différente de leurs homologues masculins. Quand courage, force et détermination caractérisent à leurs yeux l’entrepreneuriat féminin, elles attribuent à l’entrepreneuriat masculin les termes ambition, facilité et normalité. Cette perception engendre forcément une approche très différenciée de l’initiative. Si elles entreprennent, les femmes souhaitent avant tout se réaliser personnellement. Peu entreprendront pour le prestige social que cela confère.

Les résultats de l’étude vous intéressent ? Retrouvez la restitution complète : ici

Cette enquête a également fait l’objet d’un article publié dans The Conversation : ici

À noter : ORELIG prévoit d’éditer un baromètre annuel d’analyse de la motivation entrepreneuriale et son évolution chez les jeunes.

 

(*) : PEPITE PON

Posté le: 29-08-2022